le cheval de Przewalski

Ancêtre des chevaux actuels, le cheval de Przewalski aurait été domestiqué il y a plus de 5000 ans, au Kazakhstan. Ayant repris sa liberté, il constitue aujourd’hui la plus ancienne espèce d’équidé vivant complètement à l’état sauvage.

C’est d’après un certain Nicolaï Przewalski qu’il est baptisé : cet explorateur russe le découvre en 1879, au coeur des montagnes longeant le désert de Gobi, en Mongolie. Les nomades mongols vivent à ses côtés depuis déjà des siècles et l’appellent takh ou takhi.

De corpulence massive, on dit de sa robe qu’elle est de couleur “isabelle”, c’est-à-dire dans les tons de sable ; le bas de ses pattes ainsi que sa crinière sont brun foncé. Cette apparence rappelle les peintures préhistoriques que l’on peut trouver en Europe : nos ancêtres devaient donc également cohabiter avec le takh, ou l’un de ses proches cousins.

Découvert par les Européens, il est massivement chassé et capturé pour être ramené et parqué en zoo. A la fin des années 1960, on considère qu’il ne reste plus aucun cheval de Przewalski vivant à l’état sauvage : 14 survivent encore à l’état de captivité, en Europe.

Mongolie - Cheval de Przewalski

Leur reproduction permet néanmoins d’atteindre à nouveau quelques mille individus ; et c’est dans les années 1990 que l’on envisage la réintroduction de l’espèce en Mongolie, entre autres pays. Les premiers takh rejoignent le parc national de Khustain Nuruu en 1992.

Attention à ne pas confondre cheval de Przewalski et cheval mongol ! Ce dernier est un vrai compagnon de route pour le nomade mongol qui l’utilise à la fois en élevage et comme moyen de transport. Les deux espèces sont d’ailleurs interfécondes, c’est-à-dire que leur union met au monde des poulains fertiles.

Nos séjours en Mongolie : 

Afficher tous les 2 résultats