L’île aux Nattes : le joyau méridional de Sainte-Marie

3.03.22

Avec ses îles, ses plages et ses villes pittoresques, Madagascar est une destination qui ne manque pas de charme. Connue pour ses plages classées parmi les plus belles de Madagascar, et même du monde, l’île aux Nattes vaut le détour quand vous visitez Sainte Marie.

On y va pour ses plages de sable fin, sa végétation luxuriante et sa faune sauvage. On l’affectionne également pour son époustouflant paysage corallien et son décor de paradis. Cette île s’apprécie d’autant plus pour son ambiance autarcique : sans voiture, sans urbanisme et sans pollution. C’est l’endroit parfait pour se déconnecter de la réalité l’espace de quelques jours.

L’île aux Nattes : tour d’horizon sur un paradis perdu en plein Océan Indien

L’île aux Nattes, ou « Nosy Nato » pour les locaux, offre peut-être les plus beaux rivages de Madagascar, voire du monde !

C’est un îlot rattaché à Sainte-Marie à Madagascar, une péninsule située au large de la côte est de la Grande Île. Il est relié à Sainte-Marie par un bras de mer, ou plus précisément un petit canal de 400 mètres navigable en bateau, en pirogue et en canoë.

L’île aux Nattes doit son nom à un bois endémique aujourd’hui disparu, le « Nato ». Celui-ci s’utilisait pour la construction des pirogues. On suppose aussi que son appellation dérive des belles nattes que les femmes du village tressent avec des feuilles de Pandanus.

L’île aux Nattes est une oasis de sable fin faisant 2 km de long et 1 km de large. Elle est bordée sur un rayon de 1 500 mètres par un envoûtant lagon aux bleus dégradés et par une barrière de corail à la beauté saisissante.

Elle est ourlée de plages incurvées et bordées de palmiers. Vers le sud, ses plages sont parsemées de rochers granitiques. L’île aux Nattes est appréciée pour sa mer turquoise, dont les remous se brisent délicatement sur son récif, au gré d’une brise légère.

Île aux Nattes

Que faire sur l’île aux Nattes ?

Profiter de la mer

Cette île invite au farniente au bord de la plage. On aime profiter de son ambiance calme et édénique. De juillet à septembre, on y vient pour assister au ballet des baleines à bosse. Pour les amateurs d’activités nautiques, son lagon se prête à la pêche traditionnelle.

Pour le bonheur des fans de snorkeling, les eaux cristallines de l’île sont propices la plongée en tuba. Les plus expérimentés pourront même s’adonner à la plongée sous-marine du côté des récifs extérieurs de l’île. Le matériel est généralement récupéré sur le continent ou fourni par les guest houses et les hôtels locaux.

Madagascar - Sainte Marie, île aux nattes (Etienne_MHR) 2

Partir à la découverte de la région

Si vous aimez partir à l’aventure, rien ne vous empêche d’enfourcher une moto pour sillonner les sentiers reliant les villages et les établissements de villégiature locaux. Si vous préférez adopter un rythme plus indolent, pourquoi ne pas faire le tour de l’île à pied ? La balade se fait en une demi-journée.

Ce sera l’occasion de découvrir le village d’Agniribe. Niché au centre de l’île, il est caractérisé par ses cases typiques et ses vastes rizières. Une végétation tropicale luxuriante se dévoile le long des petits sentiers de l’île. Cocotiers, manguiers, raphias, pandanus, et même quelques variétés d’orchidées rares et endémiques, foisonnent sur l’île. Vous pouvez aussi partir en randonnée jusqu’au vieux phare Blevec qui se dresse au sud-est de l’île.

Parmi les haltes incontournables à faire, il y a la « Maison Blanche ». Ce bâtiment surplombe l’île et offre une vue époustouflante sur 360 °. Son toit-terrasse est le point de vue idéal pour admirer le paysage, le panorama sur le phare et sur le soleil couchant. Les randonneurs doivent consommer sur place ou payer un droit d’entrée.

Pour vous restaurer, rendez-vous aux restaurants des hôtels et des ressorts de l’île. Le Lucky Dube Pizza Bar est idéal pour déguster une pizza ou des plats de fruits de mer frais. Sinon, plusieurs restaurants bon marché vous attendent dans le village au centre de l’île.

Sainte Marie - île aux nattes

Par quels moyens se rendre à l’île aux Nattes ?

En avion, un vol quotidien relie directement la capitale malgache à l’aéroport international sis à Ravoraha. Il y a aussi 3 vols par semaine reliant Sainte-Marie avec l’île de la Réunion. Par terre et par mer, il faut rejoindre l’île Sainte-Marie. Il est possible de prendre le ferry depuis la ville de Tamatave. Il y en a deux en partance chaque jour à destination de la ville d’Ambodifototra.

Après avoir accosté ou atterri à l’île de Sainte-Marie, il faut rejoindre La Pointe qui se situe au sud de l’île. Une fois sur place, il suffit de traverser le petit canal qui mène vers l’île aux Nattes. La traversée jusqu’au débarcadère se fait en canoë ou en pirogue traditionnelle.

Où loger sur l’île aux Nattes ?

Sambatra Lodge : situé à l’ouest de l’île, il s’agit d’un hébergement de charme entièrement anglophone. Sept bungalows dotés de balcons avec une vue imprenable sur le coucher de soleil sont mis à la disposition des visiteurs. On y trouve aussi un bar et un restaurant.

Hôtel les lémuriens : cet écolodge est situé en plein cœur d’un parc tropical qui abrite une colonie de lémuriens Vari. Il compte six bungalows et un bar baptisé « L’Escale » construit au-dessus de l’eau. Il met à la disposition des vacanciers un espace de massage et un restaurant dit « Le Lémurien Gourmand ».

Ecolodge Analatsara : cet endroit propose des maisons d’hôtes et une cuisine épicurienne. On y trouve aussi un centre culturel qui organise périodiquement un atelier de sculpture sur bois.

L’île aux Nattes et ses commodités

Nourriture et boissons

La livraison des denrées alimentaires pour l’ensemble de l’île se fait principalement par canoës au départ de Sainte-Marie. Aussi, leurs prix sont un peu plus élevés par rapport à ce qu’on peut observer sur Sainte Marie. Cela explique en outre pourquoi les magasins locaux et les restaurants sont parfois en rupture de stock pour bon nombre de produits. Il est donc conseillé d’anticiper et d’apporter les choses spécifiques, dont vous pourrez avoir besoin, depuis Sainte-Marie.

Pour la nourriture et les boissons, très peu d’options s’offrent aux visiteurs, sauf s’ils choisissent de prendre leurs repas aux tables des ressorts et des guest houses. Quelques restaurants pas chers proposent des menus simples et locaux au sein du plus grand village de l’île aux Nattes.

Argent

L’île ne dispose d’aucun guichet automatique ou bureau de change. Il est donc préférable d’apporter de l’argent (devises et/ou ariary) depuis Sainte-Marie, voire de la Grande Île. Sachez toutefois que les hôtels et les établissements de villégiature de haut standing acceptent les paiements en euros.

Internet et électricité 

Seuls les hôtels les plus chers de l’île proposent un accès à une connexion Wi-Fi. Néanmoins, la connexion s’avère souvent extrêmement lente. Le plus pratique pour profiter d’internet, c’est de s’acheter une carte SIM locale. Cela vous permettra de jouir d’une connexion stable avec une qualité de réseau pouvant aller jusqu’à 3G.

En ce qui concerne l’électricité, l’île n’en bénéficie que quelques heures par jour. L’île aux Nattes est principalement approvisionnée en électricité grâce à des panneaux solaires ou des générateurs. Néanmoins, seulement quelques zones sont alimentées.

Quelques points à connaître avant de partir pour l’île aux Nattes

Sur cette île, les moustiques et autres insectes sortent le soir. Pour ne pas être incommodé durant votre séjour, il est vivement conseillé d’apporter un produit antimoustique dans vos bagages.

Il n’y a ni voiture, ni tuk-tuk, ni pousse-pousse sur l’île aux Nattes. Si vous avez des bagages lourds, le plus simple est de faire appel aux services des porteurs locaux pour rejoindre votre hôtel.

Les habitants utilisent principalement de l’eau de puits au quotidien pour les tâches ménagères et la toilette. Cependant, il n’est pas rare d’observer des pénuries d’eau généralisées durant la saison sèche. Il est ainsi recommandé de constituer une certaine réserve d’eau lors de votre séjour.

Panorama pirogue île aux nattes

Partir en voyage à Madagascar, c’est partir à la découverte d’un pays aux paysages variés et époustoufflants : plages de sable fin, tsingy, baobabs, canyons… 

C’est aussi découvrir la richesse infinie de sa faune et de sa flore : celle-ci présente entre 80% et 90% d’espèces endémiques.

Et c’est bien sûr partir à la rencontre d’une île gorgée de traditions, au patrimoine culturel immatériel reconnu.