Madagascar séduit tant par sa beauté que par ses richesses minières et agricoles. L’île est marquée par des hommes et des femmes qui ont soif de conquêtes et de pouvoir. Découvrons les temps forts de son histoire, des premiers habitants au début de l’occupation par les colons français.

Des origines venues d’ailleurs

L’origine du peuple malagasy demeure un mystère encore non élucidé. Les théories sont nombreuses mais il semblerait que les premiers ancêtres proviendraient de l’Indonésie, d’une part, et de l’Afrique de l’Est d’autre part. Débarqués sur l’île il y a 2000 ans, les indonésiens apportent avec eux la culture du riz irrigué et la pirogue à balancier. Les africains quant à eux, transmettent leur savoir de la culture sur brûlis et importent quelques espèces végétales et animales comme le zébu.

Quelques siècles plus tard, les commerçants arabes approchent l’île et commencent à vendre leurs épices, leurs aromates et quelques plantes médicinales. Ils en profitent également pour convertir les habitants à l’Islam, religion très répandue encore aujourd’hui dans tout le pays.

Des européens à la conquête de la Grande Ile

C’est le capitaine et portugais Diego Diaz qui, après avoir été détourné de sa route vers l’Inde par les vents, est le premier européen à poser pied sur l’île vers 1500. Il est suivi 6 ans plus tard par Fernando Suarez.

Placé sur la route des Indes, Madagascar devient alors un carrefour commercial très prisé par les Occidentaux. Les Portugais, les Français, les Hollandais et les Anglais tentent de conquérir l’île mais sans succès. La résistance des guerriers malagasy, les maladies et les famines rebutent les conquérants. Vers le XVIIème siècle, seuls des pirates réussissent à prendre possession de la côte Est pour y trouver refuge. Ils en profitent pour dépouiller les navires transportant des biens en provenance de l’Inde.

Découvrir :  Libertalia, utopie de pirates

Un roi, une même île

Au même moment, les Sakalava, les Antemoro, les Betsileo, les Merina… s’affrontent durant de longues batailles et divisent l’île en de nombreux royaumes. Il a fallu la force d’un roi, Andrianampoinimerina, pour unifier le pays et rendre l’île plus prospère. C’est avec l’aide des Anglais que le roi développe les marchés, multiplie les alliances, crée un impôt, une justice. A sa mort en 1810, son fils Radama 1er prend la relève et poursuit le travail de son père. Il développe l’alphabétisation des habitants pendant que les anglais répandent le christianisme. C’est sous son règne que l’île connait une révolution industrielle aux retombées économiques plutôt prometteuses.

Une politique tumultueuse

A sa mort en 1828, les rois et reines se succèdent. Sa veuve terrorise tout le pays et défait tout ce qui avait été créé par son époux. Elle expulse tous les étrangers, rétablit l’ordre traditionnel, persécute les Chrétiens. Son fils Radama II, lui succédant, mène une politique plus douce et plus humaine. Malheureusement, il est exécuté 2 ans après son accès au trône sur ordre des militaires. La politique de Madagascar est reprise d’une main de fer par le Premier Ministre de la reine Ranavalona II. Il se consacre assidûment à la modernisation de l’Etat. Il rédige un code civil, crée des administrations territoriales et ministérielles, développe l’enseignement.

Face à cet essor, Madagascar séduit. Ses richesses attisent les grandes nations comme la France et l’Angleterre qui y voient un très fort intérêt politique et économique. La suite de son histoire sera marquée par de nombreux conflits nationaux meurtriers sous la domination coloniale française… avant de connaître l’indépendance.

Découvrir :  Le 26 juin, date du souvenir (du XIXème siècle à 1960)

Marion a été bénévole pour notre association de protection des enfants des rues à Madagascar pendant plusieurs mois. Habituée à conter ses aventures dans des récits de voyages, elle en a profité pour écrire de nombreux articles sur l’île rouge pour notre blog.

Derniers articles :

Immersion solidaire à Antsirabe (Madagascar) : construire une aire de jeux en matériaux recyclés

Pour ces 20 voyageurs, l’aventure a commencé dès leur arrivée à l’aéroport d’Antananarivo le 22 octobre pour s’achever le 7 novembre. Avant leur départ, l’agence leur a communiqué le parcours de ces 2 semaines comprenant une mission spéciale : celle de construire une aire de jeux en matériaux recyclés pour l’association Mahasoa située à la périphérie de la ville d’Antsirabe.

lire plus

Emeraude comme la pierre ?

Ou plutôt « émeraude » comme la mer d’émeraude. Ce site d’une beauté surnaturelle est un incontournable de Madagascar. Un lagon digne d’un rêve Cette mer porte bien son nom. La faible profondeur de ses eaux transparentes et son fond sablonneux lui confère cette...

lire plus