Sambirano, la vallée du cacao

4.10.22

Carrefour entre les villes d’Antsiranana, de Nosy Be, de Majunga et la capitale, la longue vallée de Sambirano est aussi connue sous le nom de région d’Ambanja. Comptant plus de 34 000 habitants, elle est bordée à l’est par le massif de Tsaratanana et à l’ouest par celui de Manongarivo. Elle se situe au nord-ouest de Madagascar et doit son nom au fleuve qui la traverse jusqu’à la baie d’Ampasindava et rejoint la rivière Ramena avant de se jeter dans la mer.

Une région riche en plantation

S’étendant sur plus de 3 000 km², la vallée de Sambirano a un micro-climat à la fois chaud et humide, favorable à la plantation. Abritée des vents par les montagnes qui l’entourent, la vallée est fertile grâce au drainage des alluvions et des pluies importantes.

On y trouve des plantations de patchouli, de vétiver, d’ylang-ylang, de café, de poivre et de vanille. À l’ombre de la forêt primaire poussent les cacaoyers.

La vallée au paysage pittoresque

La vallée de Sambirano attire les voyageurs pour son paysage pittoresque. À chaque changement de saison, elle est le théâtre d’un spectacle naturel haut en couleur grâce à sa forêt et ses plantations.

La vallée de Sambirano est constituée d’une succession de damiers de rizières, de couloirs bocagers et de petites exploitations. Quand les fèves de cacao sont séchées au bord des pistes, on sent monter l’odeur suave de leur fermentation.

Du sommet des montagnes qui la bordent jusqu’au fond de la vallée, le vert domine. Le massif de Tsaratanana possède une forêt primaire. S’élevant à plus de 2 800 m d’altitude, le mont Maromokotra est un des points culminants de Madagascar.

Des arbres du voyageur (ravinala) poussent aux contreforts de la vallée et les arbres aux grands feuillages donnent de l’ombre aux plantations. Au bout du fleuve poussent les mangroves et les palétuviers, qui abritent une flore et une faune exceptionnelle.

Le cacao, la première production de la région

La vallée de Sambirano compte plus d’une quinzaine de communes rurales et urbaines sur plus de 6 300 km². La population vit des produits de la terre. Cette région possède plus de 230 000 ha de terres cultivables. 90 000 ha sont destinés à la culture de cacaoyers et de riz. Le cacaoyer est un arbre tropical qui peut atteindre 15 m de haut.

On récolte les cabosses à maturation et au moment où elles atteignent leur taille définitive, sur un arbre de 4 à 6 m. Grâce à ses conditions climatiques, la vallée est propice à la production de 3 sortes de cacaoyers : trinitario, forastero et criollo. Ce dernier se distingue par sa faible amertume et son arôme prononcé.

Chaque année, la région produit plus de 5 000 tonnes de cacao. Les régions productrices de cacao sont DIANA et SAVA. Ambanja en est le principal producteur. Parmi les exploitants de cacao, on peut citer la coopérative Tsarafandray. Cette dernière est implantée dans les hautes montagnes de la vallée de Sambirano.

Influencées par la présence de la chaîne de montagnes et les alizés, les conditions climatiques de la région sont idéales pour cultiver les cacaoyers. Ceux-ci poussent entre les poivrons, les ananas, la vanille, les bananes, les mangues, etc.

Le cacao fait la réputation de la région. Il est récolté suivant un processus rigoureux permettant d’obtenir des fèves aux saveurs fruitées et délicates. Le cacao malgache fait partie des meilleurs du monde et est labellisé Cacao Fine de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO). La plupart des plantations sont certifiées bio, car les producteurs n’utilisent que des engrais naturels.

Certifié équitable SPP (small producers program), le cacao de la vallée de Sambirano est unique en son genre. Avec l’UCLS, les petits producteurs profitent des prix dans la tranche supérieure et de préfinancements pour leurs fèves. Ils ont accès à l’eau potable, à l’énergie solaire et sont formés à l’agriculture biologique.

Le cacao de la vallée de Sambirano est fermenté durant 5 jours pour obtenir du chocolat avec des caractéristiques organoleptiques uniques. En bouche, on goûte des notes de fruits rouges mélangés à une pointe d’acidité.

cacao 1

Autres richesses de la vallée

Les habitants de la vallée de Sambirano cultivent d’autres plantes à part le riz et le cacao. Ils plantent des espèces à parfum (patchouli, vétiver, ylang-ylang) et des épices (baie rose, poivre, vanille). La pêche, l’élevage et le maraîchage complètent leurs activités.

La région d’Ambanja est une terre volcanique. De ce fait, elle renferme des pierres précieuses (saphir, grenat démantoïde…).

Madagascar - Ambanja, fleuve sambirano

La vallée de Sambirano, loin du tourisme de masse

La vallée de Sambirano n’attire pas autant de touristes que les grandes villes comme Nosy Be ou Antsiranana (Diego Suarez).

Toutefois, des ONG et des programmes travaillent pour le développement d’un tourisme équitable et responsable qui profitera à la région. Ils forment la population locale et mettent en place des structures d’accueil.

Haut lieu de la culture Sakalava Bemazava, la région d’Ambanja est un concentré de sites tous plus charmants les uns que les autres.

Le massif d’Ambohidravy, les sources thermales d’Andranomandevy, le lac sacré d’Anjavimilay et l’île de Nosy Faly en font partie. Les fêtes traditionnelles qui rassemblent une foule immense se célèbrent par des spectacles colorés.

Des activités variées

C’est la ville phare des cyclo-pousses, avec plus de 240 licences délivrées entre 2021 et 2010. Leur développement est dû aux étendues planes de la ville. Une balade en cyclo-pousse est idéale pour découvrir la ville et ses environs.

La vallée de Sambirano se trouve sur les itinéraires proposés par les hôtels lors d’un circuit touristique. Ambanja se visite en 2 à 4 jours. 3 jours sont consacrés à la découverte de la vallée. Lors d’une balade à pied, vous pourrez découvrir les plantations de cacaoyers, de patchouli, de vétiver, d’ylang-ylang, de baies roses et d’épices.

Vous ferez une halte à Anjavimilay pour rencontrer les habitants et découvrir la vie rurale. L’occasion de visiter la réserve naturelle d’oiseaux, Antsahampeno, avant d’aller à Andranomandevy.

Antsahampeno est un ancien comptoir colonial et un ancien port. Situé en pleine forêt de mangroves, il mérite le détour, à pied ou en pirogue. Vous plongerez également dans l’univers des tresseuses de paniers, des forgerons, des maquilleuses traditionnelles et des brodeuses.

Haut lieu de la médecine traditionnelle malgache, Ambobaka propose des remèdes ancestraux qui se sont transmis de génération en génération. Vous pourrez visiter un dispensaire tenu par des guérisseurs qui soignent en utilisant des plantes médicinales.

Lors d’une balade en pirogue traditionnelle sur le grand fleuve de Ramena, vous pourrez explorer la cascade des Bons Pères.

Vous découvrirez les produits de l’artisanat et les produits du terroir constitués d’épices, de vanille et de broderies vendues directement par les producteurs locaux. Tout au long du circuit, vous aurez l’occasion de savourer des plats typiquement malgaches.

Une gestion intégrée de la vallée pour sa pérennité

La vallée de Sambirano est sensible au changement climatique. Ce phénomène pourrait générer de grandes sécheresses ou des inondations qui pourraient affecter l’agriculture locale. Par ailleurs, l’érosion et la déforestation touchent la région. Aussi, les ressources en sol et en eaux sont menacées, de même que les couvertures forestières qui sont source d’eau.

Grâce au projet de gestion intégrée, les ressources en eau et les paysages sont gérés de façon durable pour que les habitants puissent profiter de bonnes conditions de vie et d’un écosystème préservé.

Le système agroforestier constitue une zone tampon qui assure la protection des forêts tropicales primaires de Sambirano. Des projets ont été mis en œuvre suite à l’érosion des sols et à la déforestation, diminuant la production des cultures. Grâce à ces initiatives, de nouveaux arbres sont plantés, restaurant le paysage de la région et protégeant la forêt.