Le Makay, ou le massif de l’aventure !

28.09.22

Photographie : Nature Evolution

Situé au sud-ouest de Madagascar, il s’étend sur 4 000 km², le massif de Makay est un splendide labyrinthe formé par de profonds canyons. Il offre une biodiversité unique. Son paysage est composé de steppes arbustives, autour du massif, et des forêts humides, au fond des vallées profondes. Le massif est un véritable trésor de biodiversité. Il est le refuge de plusieurs espèces endémiques. Découvrons ses particularités.

Caractéristiques du massif de Makay

Makay est la conjonction de deux mots : « maka » et « aina ». Son nom signifie se reposer, littéralement : reprendre vie. Pourvoyeur d’eau de la région du nord Mangoky Est et de la plaine de Morondava au nord-ouest, le massif Makay est considéré comme un château d’eau naturel. La région alentour est propice à la culture du riz. Le Makay se trouve à cheval entre les districts de Mahabo et de Beroroha, sur la rive droite de Mangoky. Il s’étend sur 40 km d’est en ouest, et sur 150 km du nord au sud. La plaine environnante s’élève entre 250 à 360 m d’altitude.

Le Makay enregistre une température moyenne variant entre 25 et 26 °C et une pluviométrie de 796 mm. Il y fait très chaud entre octobre et décembre. La température est assez basse en juillet et août.

6 000 habitants vivent dans les 60 villages autour de la montagne de Makay, essentiellement de l’ethnie Bara. Leur principale activité est l’élevage de zébus.

Un peu de géographie

S’élevant à 700 m d’altitude en moyenne, le massif de Makay est ruiniforme (lapiaz sur érodé). Ses points culminants se trouvent à plus de 1 000 m d’altitude (Dafimavo) et à 977 m (Vohibe-Makay). Des écosystèmes uniques se sont développés dans certains canyons. Isolés, ces biotopes ont favorisé la survie de groupes végétaux et animaux qui ont donné naissance à des espèces encore inconnues. De nouvelles formes de vie animales et végétales sont ainsi apparues dans la zone marécageuse et des petits lacs profonds, tels que Saririaky et Agnosilahy. Massif de grès jaune, le Makay dévoile des paysages naturels monumentaux, façonnés par l’érosion de roches cristallines.

Le massif comprend des têtes de bassins versants des fleuves Tsiribihina (qu’il est possible de descendre en pirogue), Morondava, Maharivo et Mangoky. Réservoir d’eau douce, le massif de Makay se déverse dans le Mangoky, le plus long fleuve de Madagascar. Il se jette aussi dans la rivière Makay, dans la plaine de Beronono, dans les rivières de Sakapala, de Manampada et de Makay kely dans le Mangoky. Ces méandres sinueux sont traversés par les rivières qui, à leurs tours, ont creusé des canyons, pouvant atteindre jusqu’à 400 m de profondeur. Ces derniers forment un enchevêtrement complexe de monts et de vallées. Le fleuve Morondava prend aussi sa source dans le massif de Makay.

Géologie

D’un point de vue géologique, le massif Makay fait partie du groupe de l’Isalo à partir de la rive droite du fleuve Mangoky. Il est formé de grès blanc grossier sur une centaine de mètres d’épaisseur. Sa partie ouest-est faite de collines qui sont délimitées par une cuesta étroite (300 à 400 m de haut), marquant le contact avec les couches de la série géologique de Sakamena. Ces dernières sont visibles dans la vallée du fleuve Mangoky du Sud et dans la rivière Sakeny au nord, près des principales zones d’habitation des populations locales.

Le Makay est formé de couches de grès cimentées et consolidées par de la diaclase siliceuse. Des veines d’argiles rouges, grises et vertes apparaissent dans le massif. La cuesta orientale comprend des buttes-témoins, tandis que la partie occidentale est découpée de gorges profondes. Sur les plateaux déforestés, les grains grossiers des grès sont balayés par la pluie, formant ainsi des trous. Sur le massif de Makay, les fossiles des troncs d’arbres alluvionnaires pétrifiés sont dispersés un peu partout. Ils sont entrecoupés de lits de rivières profonds, asséchés ou actifs, et de forêts-galeries. Ces dernières comprennent Manarikitro, une forêt sèche Tamarindus indicus et Commiphora. Le canyon Zobiandro abrite des forêts humides avec des pandanus.

La biodiversité de Makay

Madagascar est reconnue par son taux d’endémisme élevé. Le macro-endémisme est de 90% ! Il comprend 7 espèces d’amphibiens, 28 espèces de reptiles, 60 espèces d’oiseaux, 2 000 insectes et myriapodes, 11 poissons et mammifères. Le taux d’endémisme chez les plantes à fleurs et les invertébrés est tout aussi élevé. Il est de 97 % pour les mollusques continentaux. 50 espèces sont des bryophytes et 38 des ptéridophytes. Les plantes supérieures sont représentées par 7 espèces de xérophytes, 2 d’entre elles proviennent du Makay.

Les forêts de Makay sont un véritable refuge pour les lémuriens. Elles abritent une dizaine d’espèces diurnes et nocturnes. Les lémuriens sont des espèces micro-endémiques répartis sur des aires restreintes. On dénombre 112 espèces et sous-espèces micro-endémiques. 30 d’entre elles sont décrites. Le propithèque de Verreaux est une des plus emblématiques du pays, avec les lémuriens bambous et les lémurs à front roux. Une centaine d’espèces d’amphibiens ont été découvertes dans les forêts de Makay, ce qui est largement supérieur au nombre enregistré au niveau international. On dénombre 112 espèces d’oiseaux dans le massif de Makay, sur les 297 existantes à Madagascar (40 %). La faune aviaire y est importante. Le massif abrite des oiseaux de proie, dont 11 espèces diurnes sur les 14 répertoriées.

Le fosa est le plus gros mammifère carnivore féliforme de Madagascar. Il est aussi le prédateur naturel des lémuriens. On compte un peu plus de 2 400 individus dans l’ensemble des aires protégées malgaches. De nouvelles espèces animalières ont été découvertes dans le Makay : scorpion grosphus (2015) et cicadelle Giffardia bifurcata (2019).

carnivorous mammal Fossa, madagascar wildlife

Les herpétologues ont également découvert la tortue Erymnochelys madagascariensis, le serpent-liane à nez de feuille, le Glaréole malgache et l’ibis huppé (oiseaux menacés d’extinction). Des colonies de chauves-souris sont aussi présentes au bord du lac Anosilahy et dans une grotte à proximité.

La flore du Makay comprend du tapia, du pandanus et du canarium. Ces plantes sont les refuges de différentes espèces d’insectes. La végétation s’est acclimatée aux conditions climatiques rudes de la région, du sommet de crêtes jusqu’au fond des canyons. La magnitude et la structure de cette biodiversité sont dues à la diversité du climat, des reliefs et de la géologie locaux.

Le Makay présente différents types de milieux naturels : zones ouvertes, forêts marécageuses, forêts humides et forêts sèches. Il abrite une espèce de poivrier (Ravenea rivularis) et le Ravenea Lakatra. Il s’agit de la dernière population sauvage de palmier. Il est en voie d’extinction. De nouvelles espèces endémiques ont été découvertes, dont une nouvelle pervenche qui se distingue par son cœur violet profond.

Un site protégé

Le Makay fait partie des rares aires protégées malgaches. Les responsables œuvrent pour la préservation d’une vaste couverture forestière. Une dizaine de forêts s’étendent sur plus de 500 ha, mais elles subissent des pressions anthropiques (coupes excessives, défrichements, feux de brousse et braconnage). Par conséquent, cela met en danger la vie des humains et de nombreuses espèces animales.

Sentinelles du Makay est un projet qui a pour objectif d’optimiser la protection et la conservation de l’aire protégée Makay. Des écogardes se chargent de la surveillance des pressions anthropiques et du suivi scientifique des espèces. Ils assurent également la protection de l’ensemble de Makay, en donnant l’alerte quand c’est nécessaire.

Avec la mise en place du projet Sentinelles de Makay, il est possible d’assurer un suivi biologique de la biodiversité, de repérer les dégradations et les dysfonctionnements. Il contribue aussi à l’endiguement des prélèvements des bois. Ce projet a été conçu pour freiner le braconnage, limiter les feux de brousse et sensibiliser les habitants du Makay et les touristes. Les sentinelles de Makay réalisent les travaux d’entretien des aménagements touristiques. Ils rapportent les activités illégales auprès des militaires, de la gendarmerie ou du chef de village, qui appliqueront les sanctions appropriées. Ces écogardes avertissent également le gestionnaire de Makay pour pouvoir anticiper des mesures de conservation efficaces.

D’Antananarivo à l’allée des Baobabs, des Tsingy aux plages de rêves de l’Océan Indien… Partez en voyage à Madagascar pour découvrir sa culture riche et son incroyable biodiversité, des lémuriens aux espèces rares de mammifères et d’oiseaux.